Vous êtes ici

Quel avenir pour la technique de stimulation cérébrale profonde ?

Par AJSPI le mer 6/6/12 - 12:28

Un petit-déjeuner de presse AJSPI/CNRS

Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou de certains troubles psychiatriques, la technique de stimulation cérébrale profonde consiste à stimuler électriquement certaines régions du cerveau dans le but d’interrompre le signal causant les symptômes gênants : la douleur, le tremblement, la rigidité, etc. Concrètement, le chirurgien implante dans le cerveau du patient une ou deux électrodes, reliées chacune à son propre neurostimulateur.

Dans le monde, environ 100 000 personnes bénéficient de ce traitement, dont 80 000 parkinsoniens. Avec pour l’instant des résultats très encourageants, parfois spectaculaires. Mais quels sont les modes d’actions précis de cette stimulation et de quelle façon modifie-t-elle le comportement cérébral des patients ? A quelles conditions peut-on généraliser cette technique à différents troubles psychiatriques ? Y -a t-il des risques d’effets secondaires ? Les recherches se poursuivent, qui visent également à améliorer techniquement le système (miniaturisation notamment).

Pour discuter de ce sujet, nous avons invité Bernard Bioulac, conseiller scientifique en neurosciences à l’Institut des sciences biologiques du CNRS, qui a le premier testé sur des singes cette technique, et Erwan Bezard , son successeur à la direction de l’Institut des maladies neurodégénératives de Bordeaux (IMN), unité qui développe de nouvelles indications.

N'oubliez pas de vous inscrire...

Quel avenir pour la technique de stimulation cérébrale profonde ?

Jeudi 14 Juin 2012 9:00
Au chien qui fume
33 rue du pont Neuf
75001 Paris