Vous êtes ici

Grâce à la mécanobiologie, L’Oréal repousse les limites de l’anti âge et crée un instrument de massage inédit

L’Oréal Recherche et Innovation

Après 9 ans de recherche en collaboration avec le Mechanobiology Institute et le Medical Biology Institute de Singapour, l’Institut Langevin et l’Université Denis Diderot à Paris, le département Recherche & Innovation de L’Oréal lance aujourd’hui le tout premier instrument basé sur les découvertes liées la mécanobiologie – une tête de massage inédite aux effets anti-âge sur les rides et le contour du visage, des lèvres et du cou.

La mécanobiologie désigne la science étudiant le comportement des tissus biologiques soumis à des stimuli mécaniques (pression, torsion ou étirement). Pour la première fois, les équipes R&I de L’Oréal peuvent appliquer cette science à la peau afin de créer un instrument de massage dédié au rajeunissement.

L’Oréal R&I a collaboré avec le Mechanobiology Institute de Singapour pour mieux comprendre les effets des stimuli mécaniques sur les cellules de la peau et analyser les différentes façons dont cette science pourrait être appliquée à la cosmétique instrumentale. Après des années de recherche, L’Oréal R&I a découvert que les vibrations peuvent modifier deux propriétés clés des tissus cutanés : elles renforcent la jonction derme-épiderme et améliorent la production de la matrice extracellulaire. Les meilleurs résultats ont été observés à une fréquence de 75 Hz, identifiée comme la fréquence optimale générant 9000 micro-massages par minute. En collaboration avec l’Institut Langevin, les chercheurs de L’Oréal ont utilisé des techniques d’imagerie avancée pour étudier le mouvement des ondes vibratoires sur des tissus cutanés ex vivo et in vivo et optimiser leurs effets. Enfin, les équipes R&I de L’Oréal basées aux États-Unis ont conçu un appareil de massage à trois bosses maximisant la stimulation. Une étude clinique a permis de confirmer la modification de plusieurs signes cliniques du vieillissement de la peau qui sont  améliorés significativement, en particulier l’élasticité de la peau et la fermeté du contour du visage. L’ensemble de ces résultats a fait l’objet d’une publication dans PlosOne en 2017: http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0172624.

 « Pour la première fois, la recherche a prouvé que les stimulations mécaniques ont un effet biologique sur la peau entière et que ces effets dépendent fortement de la fréquence de ces stimulations. Il aura fallu plus de cinq ans et les travaux conjugués de plusieurs équipes à travers le monde pour concevoir un appareil directement inspiré des recherches en mécanobiologie », explique Elisa Caberlotto, L’Oréal R&I, Project Manager au sein de la Cosmétique Instrumentale de L’Oréal. Cliquez ici pour l’interview d’Elisa Caberlotto : [link]

 « La science de la mécanobiologie a joué dans ce projet un rôle essentiel en nous apportant l’inspiration nécessaire pour créer une innovation de rupture dans l’univers de la beauté et ouvrir le champ des possibilités pour combattre les rides et le relâchement de la peau sans avoir recours à des procédures invasives“, a déclaré Jacques Leclaire, Directeur Scientifique de L’Oréal. Cliquez ici pour l’interview de Jacques Leclaire : [link]

 

Leader sur le marché des appareils soniques appliqués aux soins de la peau, Clarisonic lancera cette technologie innovante basée sur la mécanobiologie avec le Smart Profile Uplift en Europe et en Asie à partir d’avril. L’appareil est déjà disponible au Canada et aux États-Unis depuis mars 2017.

Grâce à la mécanobiologie, L’Oréal repousse les limites de l’anti âge et crée un instrument de massage inédit

Jeudi 6 Avril 2017 9:30